rencontre avec Naohiro Ninomiya, photographe japonais

20-01-2012 22:39 - 3792 visites - Culture, Livres, Poésies - Ecrit par river

Ce soir, repas improvisé avec Naohiro Ninomiya, photographe.... au Restaurant - c'est ça les relations.... mais surtout le hasard ;)
charmant préambule au 18ème Festival du Cinéma d'Asie...
http://www.naohiro.fr/fart.html

 rencontre avec Naohiro Ninomiya  photographe japonaisParcours étonnant pour ce japonais de naissance, licencié en gestion d’entreprise, ancien élève de l’école supérieure des Arts Décoratifs à Strasbourg, en France depuis 13 ans, qui inaugurait ce soir, à VESOUL , salle des Ursulines, sa 19ème exposition de photographies, en préambule au 18ème Festival du Cinéma d’Asie qui se tiendra du 14 au 26 février dans cette ville dont le nom lui rappelle Jacques Brel…

Arrivé en France, c’est avec les chansons de Jean Jacques GOLDMAN qu’il apprend la langue, et notamment le subjonctif… « Quoi que je fasse, Ou que je sois, Rien ne t'efface, Je pense à toi…… » et enchaine sur les paroles des chansons de Jacques BREL, chansons à texte, emblèmes de notre langue dans de nombreux pays…

 

Avide de culture et de gastronomie française, il avoue un faible pour la tartiflette. Un japonais qui ne mange pas de pain comme ses compatriotes mais adore le fromage !

 

Notre culture japonaise à nous ? les cerisiers en fleurs, les mangas, le voyage de Chihiro… Sen to Chihiro no Kamikakushi, Princesse Mononoké, Akira Kurosawa, Tokyo Sonata, l’actualité plus récente, chacun ses repères… mais surtout la zen attitude.

 

Des photos épurées, en grande partie prises dans sa famille,  dans les lieux  où vécurent ses parents, les kimonos de sa mère, le tout en noir et blanc pour plus de pureté et de profondeur, l’image reste profonde et l’esprit n’est pas détourné par la couleur.  Sur une série de photos, les pétales de cerisiers tombés à terre ressemblent aux feuilles mortes et colorent le sol couvrant les racines à fleur de terre.

 

Le choix de l’artiste se porte sur de grands cadres, pas de minuscules développements ; cela participe à ce sentiment de paix intense, de zénitude qui nous envahit et qui ressort des prises de vue. On aimerait s'asseoir et s'imprègner la rétine de l'image.

 

Heureux enfant, ainsi qu’il se qualifie lui-même, qui vient de vendre quelques clichés à des musées nationaux, Naohiro NINOMIYA a également à son actif deux livres  de photographies : « Naissance d’objets » et « un café à Strasbourg » parus aux éditions Callimen.

 

Exposition ouverte, en marge du F.I.C.A. du 13 janvier au 26 février 2012 à La salle des Ursulines à Vesoul, 13, Rue Roger Salengro – entrée libre et gratuite dans cette salle à deux pas du Musée Municipal.

Le site de Naohiro : http://www.naohiro.fr/fart.html

Le site du F.I.C.A. pour la programmation : http://www.cinemas-asie.com

 rencontre avec Naohiro Ninomiya  photographe japonais

Illustration de l'article:

- photo prise sur le site de M. Ninomiya

- affiche du festival prise sur le site dudit.

 

 

 



Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (0)

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 19-10-2014 10:51
Les solutions du 4ème New York Forum
Publie par Abarov


- 18-10-2014 21:47
Interdiction de jouer pour les enfants ! En voilà une bien bonne !!!
Publie par tomloup


- 17-10-2014 17:09
Insécurité, le maître mot de notre société
Publie par Zioti


- 17-10-2014 11:46
La déviance journalistique renforce Dominique Giroud
Publie par YvesTreko


- 17-10-2014 11:06
L'exposition Village d'Azerbaïdjan ou comment réveiller ses sens en plein Paris
Publie par GaêlJ