Pénurie mondiale d’isotopes médicaux, les hauts responsables s’expliquent.

30-01-2008 20:35 - 1558 visites - Ecologie, Animaux, Nature - Ecrit par Northlandnews

Convoquée mardi devant le comité des communes à Ottawa, L'ex-présidente de la Commission canadienne de sûreté nucléaire (CCSN) Linda Keen, a expliqué les motivations qui l’ont forcée à ordonner l’arrêt du réacteur nucléaire de Chalk River (en Ontario), ayant provoqué une pénurie mondiale d’isotopes médicaux.

 

Rappelons qu’en novembre dernier, le CCSN a ordonné la fermeture indéfinie du réacteur nucléaire de Chalk River, premier fournisseur mondial d’isotopes médicaux, provoquant ainsi une pénurie; une situation qui prolongea le temps d’attente de plusieurs milliers de tests médicaux en hôpital et traitements contre le cancer requérant cette technologie. Jugeant qu’il y avait «urgence d'agir pour éviter des morts à cause de la crise d'isotopes» le ministre canadien de la santé Tony Clement a alors demandé la réouverture du réacteur en date du 16 décembre 2007.

 

Madame Keen, relevée de ses fonctions à la tête de la CCSN depuis, a souligné la présence d’un niveau de risque 1000 fois plus élevé que les standards internationaux au moment de la fermeture du réacteur. Cependant, Mme Keen reconnaît qu’en raison de sa vétusté, le réacteur vieux de 52 ans, n’obtiendrait jamais de permis conforme aux normes internationales actuelles. Une désuétude en grande partie due à un manque de financement chronique dont il fait l’objet depuis plusieurs années. Les partis d’opposition au Parlement d'Ottawa ont cette semaine sévèrement critiqué le gouvernement conservateur pour son «ingérence politique» dans cette affaire, afin de forcer la réouverture du réacteur. Pourtant, selon une interview réalisée par le Sierra Club en 2006, le Bloc Québécois de même que le NPD s’étaient formellement «engagés à mettre fin aux subventions à la société Énergie atomique du Canada Limitée (EACL)» soit l’entreprise qui exploite et entretient le réacteur nucléaire de Chalk River. Pour sa part, le gouvernement conservateur Harper s’est toujours montré favorable aux subventions gouvernementales du EACL, dans le but d’améliorer sa performance et la sécurité de ses infrastructures.

 



Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (0)

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 27-11-2014 18:41
The search, le film de Michel Hazanavicius
Publie par Coquelicot


- 27-11-2014 12:39
Délinquance et immigration : la police redresse la barre ?
Publie par Jef Tombeur


- 27-11-2014 11:57
Quels risques menacent la filière ferroviaire ?
Publie par Martial B


- 27-11-2014 11:15
Réchauffement climatique : des conséquences déjà inévitables !
Publie par Jérôme P


- 27-11-2014 10:29
Tour Triangle : à Paris, l’affrontement politique passe aussi par l’écologie
Publie par Hub