Le chômage, c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !

24-03-2012 17:15 - 4129 visites - Economie, Finance, Entreprises - Ecrit par RUI DEALMANTIS

 Le chômage en France a atteint un niveau record en 2011 et c’est du jamais vu depuis 12 ans ! Malheureusement, ça ne s’arrange pas, bien au contraire ! A l’heure des préoccupations de sécurité, de la viande Halal….. Il semble bien que les partis Républicains aient abandonné ce fléau.

Tout le monde connait au sein de sa famille une personne en recherche d’emploi ! Cela touche toutes les familles et les générations ! Des solutions juridiques (aménagement du droit du travail…) ne peuvent pas résoudre ce fléau pourtant cela n’empêche pas les politiciens Républicains d’en proposer ! (Gauche et Droite).

Bref, le chômage s’aggrave encore et c’est une tendance mal venue en cette période de campagne électorale. La hausse est de 5,6% sur l’ensemble de l’année 2011 avec un total de 4,5 millions de demandeurs d’emplois. Ce record est du en parti aux licenciements économiques engagés l’année dernière. Sauf miracle, le chômage progressa en Europe dans les prochains mois car il faut y ajouter les périodes de récession pour certains pays de la zone euro !

Quand on parle de politique de l’emploi en Europe, l’Allemagne est présentée comme le meilleur élève et la France veut s’en inspirer ! Mais suivre le modèle Allemand soulève un vrai débat ! Certes le chômage en Allemagne est de 7% en baisse de 0,6% par rapport à 2010 ! La réforme Allemande est fondée sur le principe : Plus de flexibilité : c'est-à-dire plus d’emplois mais avec des salaires moindres ! 

 Cette réforme est contestée par OIT (Organisation Internationale du Travail) : elle y voit dans la politique Allemande de compétitivité « la cause structurelle de la crise de la zone euro ». « Grace à la chute des couts du travail depuis 10 ans (essentiellement dans les services et les nouveaux emplois), l’Allemagne a pu exporter à bon compte au détriment de ces partenaires Européens qui n’ont pas suivi la même politique salariale ! ».

« Pas de baisse de salaire = produit plus chère = moins d’exportation = moins de rentré dans les caisses de l’Etat »

Le salarié Allemand est sacrifié sous l’hôtel de la compétitivité !

La question que devraient se poser les conseillers des candidats à l’élection présidentielle est la suivante :

 « Copier l’Allemagne ou non : peu importe ! Il s’agit de savoir comment harmoniser les différentes politiques sociales en Europe ? »

 C’est sur ce terrain qu’il faut avancer au lieu de proposer des solutions miracles au niveau national !

Le chômage, c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen ! Le faire tout seul dans son coin en faisant du populisme électoral : cela n’a jamais marché et l’Histoire est là pour le montrer ! Par ailleurs, la France a-t-elle à elle seule les moyens financiers et matériels de faire reculer le chômage ?

C’est une nouvelle économie que les dirigeants n’ont pas encore compris ! Pendant ce temps là, le chômage monte avec toutes ces conséquences au niveau économique et social pour les familles.

Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (19)
 1 2 > 

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
(Suite)

Concernant la substitution des charges des entreprises par la TVA, c'est là encore, une mesure qui profite plus à l'Allemagne qu'à un pays comme la France, puisque les biens exportés par l'Allemagne bénéficient, au niveau de leurs prix, de la réduction des charges susmentionnés. Quant à la demande intérieure, elle va diminuer en raison de la hausse des prix (en raison de la TVA), toutes choses qui va réduire, toutes choses égales par ailleurs, les salaires réels de la population active, ainsi que le pouvoir d'achat de ceux qui vivent, d'une manière ou d'une autre, sur la sécurité sociale.

****

Quant à l'Italie, en voulant copier l'Allemagne, elle fait, à mon avis, une erreur , pour la simple raison que la structure économique de l'Italie ressemble plus à celle de la France qu'à celle de l'Allemagne.

Et si les mesures préconisées par le gouvernement Monti seront adoptées, ce pays vivra comme l'Angleterre actuelle, ou comme l'Allemagne actuelle, à savoir avec un marché du travail quasi entièrement dérégulé.

Mais là est le problème : l'Italie n'a pas le même niveau d'exportations que l'Allemagne, et elle n'a pas non plus un système boursier de réputation mondiale qui soit capable, comme c'est le cas de la City de Londres, de faire reposer une partie non négligeable du PIB anglais sur un secteur bancaire et spéculatif de toute première importance.

Ce qui ne veut pas dire que l'Italie ne doit pas se réformer. Mais la cure d'austérité va créer une baisse du niveau de vie et ainsi que le précarisation de bon nombre de travailleurs italiens.

****

A part cela, plus le marché du travail est dérégulé, plus l'économie du pays concerné épouse les fluctuations de la conjoncture mondiale. Inversement, plus ce marché est régulé, plus la régulation sert de frein ou de stabilisateur automatique à ces mêmes fluctuations.

Quant aux innovations technologiques (car elles seules déterminent les cycles à long termes de l'économie de marché capitalistes), elles reposent sur la politique industrielle des Etats et des entreprises privées travaillant sur leur territoire, plutôt que sur la qualité du marché du travail.
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 19h:21m
Votes: +0

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Dans le premier commentaire de Rui, la phrase clé me paraît être : "la question la plus fondamentale est comment recréer la croissance."

Or tout le problème, en Europe notamment, est là. Mais ce n'est, comme le souhaite l'Allemagne et le reste de l'Europe dans son sillage, en plombant les déficits publics et le taux de la dette par rapport au PIB qu'elle parviendra à créer cette croissance. Madame Merkel ne comprend pas que le modèle qu'elle préconise pour l'Allemagne n'est pas valable pour le monde entier. En d'autres termes, cette dame raisonne au niveau microéconomique au lieu de raisonner au niveau macroéconomique. En clair, elle considère l'Allemagne comme une seule entreprise qui fait la majorité de son chiffre d'affaires en exportant ses produits à l'étranger. Et parce qu'il en est ainsi, elle considère qu'une baisse des coûts de ladite entreprise (notamment à travers la baisse de la masse salariale) doit permettre de conserver des parts de marché, voire même de les élever.

Or si toutes les entreprises du monde font la même chose, la demande globale effective va baisser, et donc aussi la consommation et l'investissement, et finalement le niveau des emplois. Et si la consommation baisse, c'est autant de voitures qui ne sont pas vendues, en Allemagne même, en raison de revenus qui ne suivent pas. Et si l'Allemagne peut compenser une partie de ses non ventes, sur le marché intérieur, par des ventes sur les marchés extérieurs, une telle politique économique, qui est propre à l'Allemagne, ne s'applique pas forcément à un pays comme la France, puisque là la consommation intérieure représente une part beaucoup plus importante, dans le PIB, qu'en Allemagne. Quant aux exportations, elles y représentent une part très inférieure, une fois rapportés au PIB, que ce n'est le cas en Allemagne.

Et c'est ce hiatus, entre les deux plus grosses puissances économiques européennes, qui fait problème actuellement. Puisque l'intérêt de la France est de pratiquer une politque keynésienne, alors que l'intérêt de l'Allemagne est de pratiquer, vu l'importance de ses exportations, une politique monétariste.

ET comme l'Allemagne est no 1, et la France no 2, c'est l'Allemagne qui dicte actuellement sa valse à tout le monde. Avec ce résultat que les taux de croisssance des PIB des pays membres de l'Union européenne se traînent à des niveaux proches de zéro. Et parce que l'Allemagne a misé sur la déflation des couts, le chômage est en train de s'élever dans tous les pays d'Europe, y compris d'ailleurs en Allemagne même si l'on tient compte du chômage partiel et de tous les précaires qui, s'ils vivaient en France, seraient des chômeurs à temps complet.


 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 18h:50m
Votes: +1

RUI a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 4836 4c6d4aa205054 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Les "technocrates de Bruxelles" comme on les appellent travaillent sur un projet Européen de relance de l'emploi : 6 secteurs nationaux sont privilégiés pour une action commune concernant les PME et PMI. Cela consiste à harmoniser en 3 étapes prévu pour une période d'un an puis action commune : Problème! les gouvernements nationaux sont d'accords mais cela traîne!
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 17h:43m
Votes: +0

RUI a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 4836 4c6d4aa205054 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
suite:

La TVA sociale gagne du terrain en Europe et elle apparait comme l’une des réponses à la création d’emplois. C’est le Danemark qui l’a inauguré le 1er en 1987, puis l’Allemagne en 2007, c’est enfin l’Italie qui va l’appliquer avec le nouveau plan de rigueur présenté par le 1er ministre Italien. Mario Bonti part d’un postulat simple : pour redynamiser l’économie de l’Italie, il faut baisser les charges qui pèsent sur les entreprises pour les rendre plus compétitives ! Car la TVA sociale n’est ni plus ni moins qu’une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée : Un impôt payé par tous dont les consommateurs en sont les 1er. Elle est destinée à financer la protection sociale à la place des traditionnelles charges payées par les entreprises. En transférant le fardeau des charges du patronat vers une TVA alourdie, les entreprises deviennent plus compétitives à l’exportation car les produits exportés ne sont pas touchés de cette taxe contrairement aux produits importés. La TVA sociale devient une arme offensive à l’exportation. Par contre, le prix des produits intérieurs deviennent plus chères et cela touchent les consommateurs en particulier les plus modestes ! On touche donc au pouvoir d’achat ! En France, pour adopter la TVA sociale, il faudra que cela n’ampute pas le pouvoir d’achat des Français !
_ Soit les entreprises baissent le cout de leurs produits en l’échange d’une baisse des charges.
_ Soit il s’agit de relever les minimas sociaux en créant une nouvelle aide aux ménages.
L’Allemagne l’a adopté est c’est aujourd’hui une grande puissance économique exportatrice ! Si tout le monde joue le jeu (c’est loin d’être le cas en France, le dernier exemple en date la TVA des restaurateurs passant de 19,6 à 5,5%) il y aurait plus d’emplois et il est fort à parier pour 2012(après les élections) qu'une adoption de ce type de TVA soit envisageable !


BONNE JOURNEE
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 17h:38m
Votes: +0

RUI a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 4836 4c6d4aa205054 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Bonjour,
Petit rappel au niveau nationale , art. 07-12-2011:http://www.come4news.com/l-emp...ise-511846

Comment créer de l’emploi en France ?
La question la plus fondamentale est comment recréer la croissance.
La crise de la dette n’est qu’une formalité arithmétique, voir : http://www.come4news.com/derri...nce-699978 ;
Derrière l’écran de fumée de la dette, il y a la menace de la décroissance ! Et c’est bien l’emploi qui doit être le cœur de toute politique économique en France ! En cela la TVA sociale est l’une des pistes les plus prometteuses mais imparfaite ! Tout en sachant que la crise n’est pas la cause de toutes les suppressions de postes en France. Elle est parfois une opportunité ! En effet, l’automobile et la banque sont 2 secteurs d’activités où ils sont envisagés d’avoir des suppressions d’emplois massives. PSA et BNP Paribas en particulier l’avaient annoncé le 14 novembre 2011 dernier.
Sont-ce les 1ers effets concrets de la Crise ?
C’est un peu facile de dire cela ! Les causes des suppressions d’emplois ne sont pas forcément liées à la Crise. La Crise offre en quelques sortes une opportunité ou un effet d’aubaine.
Dans l’automobile, face au ralentissement de la demande en Europe, les constructeurs Français vont chercher des parts de marché là où elles se trouvent aujourd’hui ! C'est-à-dire dans les pays émergents et l’emploi en souffre directement en France avec la course à la réduction des couts pour rester compétitif face au reste du monde. Cela n’est pas la cause directe de la crise de la dette.
Par contre pour les Banques, les hauts salaires sont gelés et les bonus annulés. Cela concerne les banques d’investissement et de financement français et étrangers et non pas les banques de détails Français. En 2012, tout le monde s’attend à un contre cout de la crise avec de mauvaises perspectives et une conjoncture en berne (1% de croissance prévu par le gouvernement ; 0,6% par la Commission Européenne). Donc les banques fuient les activités risquées. Ensuite, il y a une défiance des banques entre elles : c’est une crise de liquidité entre les banques. Les établissements ne se font plus confiances pour se prêter des liquidités et il est de plus en plus difficile d’emprunter des dollars aux Etats Unis qui, vu le contexte économique en Europe, rechigne à prêter sous conditions. Or les banques doivent trouver des liquidités pour alimenter leurs fonds propres : pour ce faire ; elles réduisent leurs bilans et l’emploi ! Le problème est l’octroi de crédits aux entreprises va se ressentir ! Ce dégraissage bancaire touche toutes les banques du monde entier !


 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 17h:37m
Votes: +0

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Mes excuses à RUI que j'ai appelé Luis dans un commentaire précédent
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 04h:40m
Votes: +0

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Or on ne peut pas accepter que des chefs d'entreprise européens pénalisent, au nom des lois du marché, les travailleurs europens au profit des autres travailleurs.

Ceci dit, je nie pas que certaines entreprises européeennes doivent être restructurées. Mais le mondialisme imbécile qui prévaut actuellement ne doit pas être le prétexte à de telles restructurations, puisque leur seul but est de réduire au maximum les salaires des travailleurs et de payer aux actionnaires un dividende qui ressemble de plus à une rente prélevée sur les salaires; sans parler des bonus encaissés par les chefs des grandes entreprises et des grandes banques, tous imposant, pour leur seul profit personnel, les lois du néo-libéralisme à l'échelle mondiale.






 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 04h:16m
Votes: +0

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
En résumé, je soutiens qu'on n'a pas besoin, en Europe, de multinationales qui délocalisent leurs activités en Asie ou ailleurs, puisqu'on y a assez de travailleurs pour produire les biens concernés. Et si ceux-ci seront plus cher, comparativement à ceux fabriqués dans ces pays, ils permettront à toute une classe de travailleurs européens de conserver leurs métiers et de ne pas être au chômage. Car un chômeur, non seulement ne produit rien, mais il coûte à la société. Sans parler des dommages causés au chômeur lui-même du fait de cette situation.

ET puisque le capitalisme repose sur les OPA et les concentrations, les Etats européens doivent contrôler que le capital des entreprises travaillant sur le sol européen ne quitte pas cette Europe, ce qui est de moins en moins le cas de nos jours puisque de plus en plus de fonds d'investissement d'origine extérieure sont en train de s'investir en Europe.

Or plus ce mouvement se poursuivra, plus il existera de chômage en Europe en raison d'une délocalisation à l'echelle mondiale.

ET si je réclame, dans cet article, pour l'Europe, des entreprises nationalisées, c'est aussi parce que les gestionnaires européens des entreprises privées, quoique travaillant avec des capitaux européens, favorisent au maximum, par les temps qui courent : a) les concentrations avec des entreprises situées à l'extérieur de l'Europe (américaines notamment), et b) les délocalisations de leurs unités de production dans les pays émergents, toutes choses qui, pour profiter aux gestionnaires et aux actionnaires de ces entreprises, ne profitent nullement à leurs travailleurs (et encore moins quand ceux-ci sont devenus chômeurs).

(suite)
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 04h:15m
Votes: +0

clgz11 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 6869 4f39e309e6d44 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
Bonsoir, zelectron

Par nationalisation je n'entends pas dire que les hommes politiques doivent gérer les entreprises ou contrôler directement leurs investissements. J'entends par là que lEurope a assez de ressources en matière grise, et un espace économique assez grand, pour que l'on y crée des entreprises dont le capital est contrôlé par les Européens, et dont les entreprises engagent des ingénieurs et chercheurs qualifiés, europens en majorité, puisque l'essentiel des innovations technologiques reposent sur eux.

Il faut en effet, de mon point de vue, que les pays d'Europe se concentrent sur l'Europe même en tant que nation industrielle, ce qui passe forcément par une réappropriation du capital.

Quant à l'espace économique européen, je constate qu'il est, aujourd'hui, une passoire comparé aux espaces chinois ou américain, ce qui n'est pas normal. Et cela ne l'est car les dirigeants européens sont la plupart du temps des nélibéraux qui croient que l'Europe va pouvoir se maintenir, dans le concert des nations - sur le plan industriel notamment - en privilégiant les seules forces du marché. Ce qui n'est pas le cas.

C'est ainsi, pour prendre un exemple, que quand Renault va délocaliser au Maroc une partie des ses activités de production, elle dessert l'Europe, en termes de production et d'emploi, au lieu de la servir.

Or l'Europe, si elle était un seul pays doté d'une politique industrielle au service, d'abord, de ses Etats membres, ferait que Renault et les autres compagnies délocaliseraient, au sein même de l'Europe, et non en dehors, leurs activités de production.

Et à cause de ces délocalisations, les Etats membres devraient régler ensemble la question du chômage créé ici et là.

(suite)
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
26 March 2012 03h:59m
Votes: +0

zelectron a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 5876 4e1ee67153241 jpg Le chômage  c’est comme l’Euro ! Il faut le traiter au niveau Européen !
...
@clgz11,
votre description de l'état économique de l'occident est réaliste, quand aux causes j'ajouterais une forte propension à l'immobilisme y compris devant le danger. Quant aux solutions je crois qu'étant en véritable guerre il n'est pas bon de donner les éléments de stratégie aux adversaires, cela ne passe pas par les nationalisations dont on connait les effets délétères depuis fort longtemps. Pour mémoire un marché est d'abord et avant tout constitué de produits et de clients, les "nationalisées" ne sont pas l'outil ad hoc pour ce faire. En second lieu les hommes constituants les entreprises (pour ma part au dessus de 1000 à 2000 personnes les dérives sont trop importantes et je ne les qualifie pas vous les connaissez) en sont la véritable force et permettent une lutte véritable, sans merci (avec une participation aux résultats qui ne soit pas symbolique, dans tous les cas supérieure aux distributions aux actionnaires!)
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
25 March 2012 23h:45m
Votes: +0
 1 2 > 

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 22-10-2014 10:41
Et s' il n'en reste qu'un !!!
Publie par CRITOYENNE


- 20-10-2014 15:05
Le sel de la terre, le film de Wim Wenders, Juliano Ribeiro Salgado
Publie par Coquelicot


- 19-10-2014 23:54
Le premier parc éolien de France
Publie par XavBion


- 19-10-2014 10:51
Les solutions du 4ème New York Forum
Publie par Abarov


- 18-10-2014 21:47
Interdiction de jouer pour les enfants ! En voilà une bien bonne !!!
Publie par tomloup