Oum Kalthoum : en Egypte , le 38ème anniversaire du décès de "l'Astre de l'Orient"!

01-02-2013 16:55 - 3519 visites - People, Jet Set, Luxe - Ecrit par Coquelicot

http:  www come4news com images users 3100 OumKalthoum jpg  Oum Kalthoum : en Egypte   le 38ème anniversaire du décès de lAstre de lOrient!Il était une fois au début du siècle dernier, une petite famille pauvre qui vivait durement avec ses trois enfants dans un petit bourg du delta du Nil. Le père de famille prénommé le cheikh Ibrahim al Sayyid al Beltagui, soucieux d’améliorer le quotidien des siens s’évertuait tant bien que mal à arrondir ses maigres revenus, multipliant ses chants religieux à travers diverses cérémonies. Captivée par les cours de chants que ce dernier prodiguait à son frère aîné, la benjamine, Khadija, future Oum Kallthoum, sans être concernée par cet enseignement s’y impliquait brillamment, ce qui lui valut d’intégrer dès l’âge de dix ans, déguisée en garçon, la troupe de cheikhs que dirigeait son père. 

On raconte qu’enfant, personne ne demeurait insensible à sa voix, que ses prières envoûtaient l’ensemble de son auditoire, sans exception. Découverte un peu plus tard par des chanteurs de renommée de l’époque, elle consentira à l’âge de 16 ans de saisir certaines opportunités en se produisant dans de petits théâtres du Caire. Puis de rencontre en rencontre, sa fulgurante ascension lui ouvrit grand les portes du destin. Courtisée par les plus grands,  elle eut des rapports amicaux très forts avec Gamal Abdel Nasser après avoir bien longtemps joui de l‘estime que lui portait le monarque Farouk. 

Elue du cœur de presque tout le monde arabe, quand  résonnait la voix de celle qu‘on avait surnommée Kawkabét al Chark, "l‘Astre de l‘Orient", le silence se faisait religieux à se délecter jusqu‘à la lie, des paroles, de la musique semblables à ces tourbillons embusqués au fond d’un océan sous l’emprise de tempêtes, toujours prêts à vous emporter  vers un ailleurs. On raconte qu’à ses débuts, la seule chanteuse de taille à pouvoir rivaliser avec sa suprématie était la somptueuse Asmahan qui avait tout pour elle, même la beauté physique. Cependant elle ne tarda pas à lui laisser le champ libre car elle mourut jeune, à 26 ans, noyée. 

Pour la diva en herbe, ce fut une triste aubaine qui donna naissance à des rumeurs scabreuses venant entacher sa réputation à travers des allégations ayant trait à cette disparition prématurée. Munie à chacune de ses apparitions d’un  mouchoir qu’il lui arrivait, sans doute par inadvertance de renifler, se faisant taxer par certains de droguée à la cocaïne, Sayyida Oum Kalthoum, comme un ouragan galvanisait son public en exaltation ! 

Elle a chanté la religion, la nation, l’amour. Elle a chanté la passion, ses turbulences et ses déboires d’une manière absolument vertigineuse toujours sous les signatures des plus grands compositeurs comme Ryad Essoumbatti, Mohammad Abel Wahab, Baligh Hamdi…. Un de ses bijoux, « Al Atlal », les vestiges, griffé Essoumbatti, symbolise cette soif incommensurable de liberté pour laquelle l‘Egypte d‘aujourd‘hui continue de se battre : Ô ne me demande pas où est passé notre amour, dire que je le voyais comme une forteresse et le voilà qui soudain s’effondre. Serre moi et buvons aux ruines de notre amour. Emplis mon palais, étanche ma soif de notre histoire pendant que se vident mes yeux de toutes leurs larmes. Mais comment donc se fait-il que cet amour, cette histoire ne soient plus que rumeurs, qu’une histoire parmi tant d‘autres ? Libère moi de grâce, défais mes liens. On a ensanglanté mes poignets,  rends moi ma liberté ! 

Je t’ai tout donné jusqu’à me dépouiller à jamais. Pourquoi suis-je toujours ton otage ?  Dis à combien de lieues suis-je loin de toi désormais, ce lieu d’amour, de beauté qui m’ensorcelle. Je ne suis plus qu’un cœur désorienté, un papillon étourdi qui volette tout autour de de toi. A t-on jamais vu ivresse amoureuse aussi grande que la nôtre ? Nous qui avons marché au clair de lune, qui avons ri du rire des enfants, qui avons couru si vite jusqu’à dépasser notre propre ombre, etc, etc…Et que dire de la merveille des merveilles, « inta 3omri », la plus belle des déclarations d’amour, « Alfi leila wou leila«  et tant d‘autres aux refrains fabuleux...

Trente huit ans demain, qu’elle aura quitté ce monde mais elle demeure intacte dans le cœur de ceux qui l’ont vue en chair et en os, et de tous les autres qui lui vouent  un amour à la mesure de toutes les émotions qu’elle continue de leur procurer. A écouter de préférence le soir et quand le moral est en berne, à consommer avec modération sinon les effets indésirables liés à la nostalgie que charrie sa voix troublante peuvent nous submerger. 

Malgré les appels au dialogue émis par les principaux protagonistes, ni la coalition de l’opposition ni le régime de Mohammad Morsi ne semble véritablement prêt à faire des concessions et les tensions continuent de faire rage en Egypte. Si l’Astre de l’Orient était  là, elle qui corps et âme s’était toujours impliquée dans l’Histoire de son pays, particulièrement en 1948, en 1952, elle  aurait certainement fait entendre sa voix au nom de cette liberté si chère à son cœur….

 



Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (1)

Coquelicot a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 3100 4c6c3e6a97afb jpg  Oum Kalthoum : en Egypte   le 38ème anniversaire du décès de lAstre de lOrient!
...


 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
01 February 2013 17h:59m
Votes: +0

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 31-07-2014 13:45
Boyhood, le film de Richard Linklater
Publie par Coquelicot


- 31-07-2014 13:14
La 20e conférence sur le sida sous le signe de l’optimisme
Publie par MarineFabre


- 31-07-2014 01:17
LE GHETTO DE GAZA : UN CAMPS D’EXTERMINATION AUX YEUX DU MONDE
Publie par Takita


- 31-07-2014 00:53
La dissolution de la LDJ : un aveu ...
Publie par Takita


- 30-07-2014 20:18
Mon enfant n'a pas envie de lire
Publie par knapette