Divorce sans consentement mutuel - l’éternel problème des parrainage

02-11-2008 22:14 - 4951 visites - Politique - Ecrit par Dominique Dutilloy

Divorce Sans Consentement Mutuel - Ou le Roman de trois gifles électorales annoncées

En guise de retour vers la case ‘'départ'', l'éternel problème des parrainage est de nouveau soulevé

 

 

 

Souvenons nous : lors des Présidentielles « 2002 », Jean-Marie Le Pen, à l'époque, Député européen, se prenant pour ‘'la'' victime ‘'expiatoire'' du système, montait au créneau en dénonçant le ‘'système des parrainages'' ! Pour Noël Mamère, s'exprimant devant des millions de téléspectateurs, mais également pour d'autres candidats, « il était ‘'anormal'' que Jean-Marie Le Pen fût absent de ce débat démocratique important ».

Quoiqu'il en soit, ce ‘'lamentable'' épisode aura été très profitable à Jean-Marie Le Pen, puisque, raflant 17,34 % des voix de manière à se retrouver seul en lice face le Président Jacques Chirac, il a éliminé Lionel Jospin[1] !

C'est dire si le Président du F.N. savait, à juste titre ( !), et sait toujours, ‘'émouvoir'' toute la classe politique et les médias sur son triste sort, tout en se demandant, jusqu'à la dernière minute si il pourrait se retrouver réellement dans la course vers le Palais présidentiel (?).

Deux ‘'victimes'' et non des moindres, se retrouvèrent définitivement exclues de cette course à l'investiture suprême :

- Charles Pasqua, ancien Ministre de l'Intérieur,  en dehors de la compétition,  

n'ayant pas obtenu le nombre de signatures  requises,

Nicolas Miguet, Président du Rassemblement des Contribuables Français,

écarté par le Conseil Constitutionnel, malgré le dépôt d'un recours auprès

des instances de notre Pays, persuadé qu'il était d' « avoir réellement obtenu

   ces 500 signatures en temps et en heure ».

Déjà, en ce mois d'avril 2002, certains ‘'semblaient'' ne pas savoir faire la différence entre ces deux mots : ‘'Parrainage'' et ‘'vote'' (!)...

Voilà comme qui dirait une impression de « retour vers la case ‘'départ'' ». De quoi gâcher, voire ternir fortement (!), le bon déroulement de la Campagne des Présidentielles « 2007 » : cet éternel problème des parrainages se retrouve de nouveau soulevé ! Et, Jean-Marie Le Pen, comme toujours aux aguets (!), ne rate aucune occasion pour s'en prendre à cette loi !



[1]Lire ou relire dans cet ouvrage, le chapitre : « Rappelons-nous (in memoriam) : Les raisons, les causes et les conséquences d'un monumental désastre annoncé ».

____________________________________________________________

 

Pourtant, cette loi organique[1] stipule très clairement : «cette liste est préalablement établie par le Conseil Constitutionnel au vu des présentations qui lui sont adressées 18 jours avant le premier tour du scrutin, par au moins 500 citoyens membres du Parlement, des Conseils Régionaux, de l'Assemblée de Corse[2], des Conseils Généraux[3], du Conseil de Paris, des Assemblées territoriales des Territoires d'Outre-mer, Maires et Membres élus du Conseil des Français de l'Etranger »[4].

En un mot, et, à moins d'un vote d'une autre loi, personne ne peut changer les choses (!), elle définit à tout candidat à la Magistrature suprême l'art et la manière de s'en aller à la pêche aux grands électeurs[5]... Mais, il y a un bémol pour ces postulants : « ils doivent trouver ces 500 élus nationaux, régionaux, municipaux... originaires de 30 départements[6], au moins, ou des Territoires d'Outre-mer, sans que plus d'un dixième d'entre eux puisse être les élus du même département[7] ou du même Territoire d'Outre-mer ». Ce qui corse quelque peu l'affaire lorsqu'on sait que, lors du 1er8]Tour des Elections  Présidentielles "2002", 16 prétendants à la Magistrature Suprême se présentaient devant le suffrage des électeurs... 

Auparavant, il ne suffisait d'être parrainé que par 100 grands électeurs et présenter leur signature au Conseil Constitutionnel pour pouvoir valider sa candidature à la Présidence de la République... Ce qui, en soit, pouvait être considéré comme on ne peut plus, raisonnable... Quoi que (?!)...

Comme pour durcir encore plus cette règle, dont on peut se demander si elle était déjà en soi quelque peu démocratique quant aux modalités mêmes de son application (?), voici qu'un homme, le Président Valéry Giscard d'Estaing, va la compliquer encore plus qu'elle ne l'était déjà : sous son impulsion, la Loi Organique n° 76-528 du 16 juin 1976 changera totalement la donne, puisque 500 signatures, au lieu de 100, étaient désormais requises[9] !



[1]Une  Loi Organique et une loi destinée à développer les principes posés par une loi constitutionnelle.

[2]Loi Organique n° 95-62 du 19 janvier 1995, Article 1er.

[3] Y compris les départements d'Outre-mer.

[4]Cf. Dominique Dutilloy in :

- « Impressions », Chapitre 2 : « La mascarade des Parrainages » Editione Le Manuscrit (http://www.manuscrit.com/catalogue/auteur.asp), Paris 2004 

- « Les Parrainages en question » [Article paru le 8 août 2006 sur « Agora Vox - Le Média citoyen (http://www.agoravox.fr/auteur.php3?id_auteur=3502)]

[5] Mais, ô comble de l'ironie, un grand électeur, lui, ne peut être le parrain que d'un seul candidat... C'est dire si, outre les ‘'éventuelles'' pressions que peut subir ce grand électeur lambda, son choix peut paraître quelque peu cornélien !

[6]Voir Note 159.

[7]Voir notes 159 et 162.

[8]Beaucoup de commentateurs politiques, qui considèrent que « 16 candidats, c'est beaucoup trop », pensent que ce nombre important de candidats a permis à Jean-Marie Le Pen de se retrouver au 2ème Tour des Présidentielles « 2002 ».

[9]Pour beaucoup d'observateurs, le Président Valéry Giscard d'Estaing, Coluche, qui se désista par la suite,  put se présenter  sans aucun problème aux Présidentielles « 1981 ». Un autre humoriste, Dieudonné aurait pu, lors du 1er Tour des Présidentielles « 2002 », maintenir sa candidature, « ayant obtenu », selon ses dires, « les 500 signatures requises ». Cependant, il préféra se désister bien avant le démarrage officiel de la Campagne des Présidentielles. aurait agi ainsi afin d'écarter des candidatures jugées trop ‘'farfelues''. Malgré tout

  ___________________________________________________________

A croire que beaucoup ne savaient pas à l'époque que parrainer un candidat ne signifie pas pour autant qu'on doive voter pour lui (!)...

Alors, pour le Président du parti frontiste, « il faut que ça change (!) », d'autant qu'il estime que « la publication des noms des parrains par le Conseil Constitutionnel entraîne ‘'un véritable chantage politique, voire parfois, des menaces physiques sur les maires signataires'' »[1]... Présent au Congrès des Maires de France, le Président du Front National, reconnaissant « avoir ‘'trop'' peu de parrainages », demandait aux maires « d'avoir le courage d'assumer la responsabilité que leur a confiée la loi »[2]...

Malheureusement, malgré cet appel relayé par Marine Le Pen et Bruno Gollnisch, également présents au Congrès des Maires de France, beaucoup ne semblent pas convaincus ! Ainsi, considérant qu' « un édile ne peut donc pas accorder signature à Jean-Marie le Pen sans courir le risque d'être perçu comme son sympathisant », Michèle Celarier-Descoeur, maire de Salers, allait jusqu'à estimer, ce, de manière très catégorique que « si on parraine quelqu'un pour la Présidentielle, c'est qu'on va voter pour lui »[3].

A l'inverse, d'autres édiles, pour la plupart, des maires ruraux, semblent quelque peu gênés aux entournures, comme s'ils avaient peur de semer la zizanie dans leurs communes... Maire d'un bourg de 2200 habitants situé dans l'Isère, Agnès Reboux répondit à qui voulait bien l'entendre pour rappeler le caractère ‘'apolitique'' de sa liste : « il y a autant de gens de droite que de gauche. Accorder mon parrainage à qui que ce soit serait source de tension »[4].

Dans leur démarche téléphonique auprès des maires, les militants du Front National ont très justement rappelé que le respect du pluralisme comptait... « Je trouverais scandaleux qu'un homme qui a obtenu plus de cinq millions et demi de voix en 2002 ne puisse pas être candidat à la prochaine élection présidentielle », s'insurgea un édile du Calvados, qui avait demandé l'anonymat. « Je ne veux pas connaître les mêmes problèmes que mon collègue dans le village voisin : en 2002, huit de ses conseiller municipaux ont démissionné après avoir lu dans la presse qu'il avait parrainé Le Pen », déplora-t-il en se confiant à Guillaume Perrault et Olivier Pognon[5].

C'est dire si pour beaucoup, le fait d'accorder son parrainage à quelqu'un peut s'avérer quelque peu dangereux, comme si il fallait vivre comme sous le coup d'une menace à ‘'peine voilée''.



[1]Cf. L'article de Guillaume Perrault et Olivier Pognon : « Interpellé hier par le président du FN,  le premier ministre refuse de rétablir l'anonymat des 500 signataires »,publié le 23 novembre 2006 sur le Portail internet du « Figaro »

(http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20061123.FIG000000214_parrainages_villepin_dit_non_a_le_pen.html)

[2]Ibid.

[3]Ibid.

[4]Ibid. 

[5]Ibid

____________________________________________________________

Comme quoi beaucoup de nos grands électeurs semblent vouloir toujours superbement ignorer que le terme ‘'parrainage'' n'est pas synonyme du mot ‘'vote'' (!)... Comme quoi ça les arrange bien quelque part (!)...

 

Alors, pour Jean-Marie le Pen, il n'y avait qu'un seul moyen pour prendre ce problème des signatures à bras le corps : adresser une lettre à Dominique de Villepin, Premier Ministre, de « rétablir, par la voie parlementaire, l'anonymat des parrainages » ... Ce qu'il fit !

Mais, le Premier Ministre ne l'entendit pas de cette oreille... Répondant, le 22 novembre 2006, au Président du Front national, il affirma publiquement au Congrès des Maires de France  « ne pas voir de raison, à quelques mois des échéances, de modifier les règles du jeu »[1]. « Cela conduira chacun à prendre ses responsabilités et reflétera, comme à chaque élection présidentielle, l'attention portée aux parrainages », tentait d'expliquer le Chef du Gouvernement aux Maires venus l'écouter ‘'presque'' religieusement[2].

Mais, comment peut-on juger de viabilité d'une bonne campagne présidentielle à travers l'attention portée aux parrainages ou la responsabilité prise par chaque candidat ?

La démarche de Jean-Marie Le Pen est tout à fait justifiée... Pour preuves, l'intervention de François Hollande, Premier Secrétaire du P.S., qui, cité par l'Associated Press (A.P.) dans une dépêche publiée sur le portail Internet du « Nouvel Observateur »[3], estimait : « L'élection présidentielle, c'est le choix du prochain Président de la République. Ce n'est pas un forum participatif ou une assemblée générale ». Ne voulant plus ‘'revivre'' la ‘'débâcle du 21 avril 2002'', il devait rappeler à ses troupes : « Quand on est élu socialiste, la moindre des cohérences est de donner sa signature au Candidat du P.S. »[4]. Cependant, tout en les rassurant sur l'absence éventuelle de sanctions, il a précisé que « chaque élu socialiste avait droit d'apporter son parrainage à un autre candidat »[5]. « Il y a l'annonce d'une candidature tous les mois, si ce n'est toutes les semaines. L'élection présidentielle, ce n'est pas un grand bazar, un grand barnum ou chacun vient débattre »[6], tançait-il, peut-être d'un ton méprisant (?),  pour justifier ses craintes.

Encore un qui n'a pas l'air d'avoir bien compris ce que signifient ces deux termes : ‘'parrainage'' et ‘'vote'' !



[1]Cf. L'article de Guillaume Perrault et Olivier Pognon : « Interpellé hier par le président du FN,  le premier ministre refuse de rétablir l'anonymat des 500 signataires »,publié le 23 novembre 2006 sur le Portail internet du « Figaro »

(http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20061123.FIG000000214_parrainages_villepin_dit_non_a_le_pen.html

[2]Ibid.

[3]http://archquo.nouvelobs.com/cgi/articles?ad=politique/20060805.OBS7458.html&host=http://permanent.nouvelobs.com/

[4]Ibid.

[5]Ibid.

[6]Ibid.

  ___________________________________________________________

Certes, cette Loi Organique n'est pas en soi si mauvaise... Cependant, comme l'ont fait si justement remarqué Jean-Marie Le Pen ainsi que d'autres candidats, c'est son application qui est mauvaise...

Au-delà de la demande ‘'d'anonymat des signatures'' exigée par le Front National, il faudrait réellement changer tout le fondement même de ce texte législatif, ne serait-ce que pour instaurer plus de clarté dans le jeu démocratique ( !) Si, pour Ségolène Royal, Nicolas Sarkozy, François Bayrou, Marie-George Buffet, Philippe de Villiers..., il n'y aura aucun problème, est-il normal de voir des ‘'petits'' candidats, comme Hervé Mathiasin ou Franck Abed..., se rendre au Congrès de l'Association des Maires de France pour s'en aller à la chasse aux maires, sous le ‘'fallacieux'' prétexte qu'ils ne sont pas issus d'un grand courant politique ?

Alors, que faire ?

Les candidats ne devraient pas être contraints de s'en aller à la chasse aux signatures...

Dès réception des déclaration de candidature, le Conseil Constitutionnel ne devrait-il pas établir, pour chaque grand électeur, un formulaire unique sur lequel seraient inscrits les prénom et nom de chaque candidat, avec, éventuellement, la formation politique qui le soutient ?

Ne serait-il pas possible pour plus de clarté démocratique, une fois muni de ce formulaire, que le grand électeur puisse faire, dans le secret de son bureau, son choix en optant, grâce à une croix devant chaque nom, pour un ou plusieurs postulant(s), apte, selon lui, à se porter candidat à la Magistrature suprême ?

Ne serait-il pas possible que ce soit le grand électeur lui-même, qui, après avoir signé son formulaire de parrainage, puisse le renvoyer, par tout circuit officiel de son choix, au Conseil Constitutionnel 18 jours avant le début du scrutin ?

Ne devrait-il pas y avoir, pour chaque grand électeur, la garantie du secret de ses décisions prises et soumises au Conseil Constitutionnel ?

Ne serait-ce pas au Conseil Constitutionnel de faire, sur chaque candidat à l'élection présidentielle, le décompte des signatures obtenues dès réception des formulaires de parrainages ?

Le rôle de ce même Conseil Constitutionnel ne consisterait-il pas, 18 jours avant la date du scrutin, d'annoncer publiquement les noms de tous les candidats admis à faire acte de candidature après validation de leurs 500 parrainages ?

 

         Si elle était modifiée ainsi, la Loi Organique n° 88-35 du 13 mai 1988, permettra-t-elle à notre Patrie des Droits de l'Homme d'acquérir de nouvelles règles démocratiques en donnant à chaque candidat l'occasion et la possibilité

de  se consacrer pleinement à sa campagne au lieu de se retrouver en position de ‘'victime expiatoire''... C'est à souhaiter : en tous les cas, le Gouvernement et nos parlementaires devraient se pencher sur cette question avant de se retrouver face à « plusieurs divorces sans consentement mutuel » !



Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (17)
 1 2 > 

Dominique Dutilloy a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 545 4f8c620a364b1 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
Bonsoir, Jcd51...

Merci d'être passé commenter ce chapitre de mon « Divorce Sans Consentement Mutuel », qui est l'exact reflet de mon article mon article : « L'art et la manière de s'en aller à la chasse... au tuteur... », paru le 2 juillet 2007 sur come4news :
http://www.come4news.com/index.php?option=com_content&task=view&id=4370

Comme je l'ai écrit à Nidolga, je suis pour le secret des parrainages, tout comme je suis pour le secret des votes, sachant qu'un parrainage n'est en aucun cas un vote...

Bien sur, il est tout à fait normal qu'une telle loi existe... Mais, ce sont ses modalités d'application qui posent problème, puisqu'elles sont totalement antidémocratiques... J'ai toujours estimé qu'il n'incombait pas, à un candidat à la Magistrature suprême de notre pays, de s'en aller à la chasse aux tuteurs... Pour cela, il convient de rendre les parrainages anonymes...

Par ailleurs, le système, que je préconise, ne coûterait pas plus cher... En effet, cela enlèverait, au plan comptable s'entend, des frais (remboursés par l'Etat) imputables aux candidats obligés de se déplacer, donc, de voyager, pour s'en aller chercher leurs signatures, le passage, via des formulaires "papiers" du Conseil Constitutionnel s'avérant plus économique...

Amicalement,

Dominique Dutilloy
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 23h:46m | url
Votes: +0

jcd51 a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 2208 48613a690eee3 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
Bonsoir Dominique,

Comme promis, voila mon commentaire... smilies/smiley.gif

Non, sérieusement.
Je suis tut à fait d'accord avec vous sur le fait que cette loi est mal faite. Demander à un candidat à l'Elysée, pourquoi pas. Instaurer des règles, c'est tout à fait normal. Mais les rendre trop contraignantes, ça en deviendrait presque antidémocratique.
Ainsi qu'est-ce que ça couterait de modifier la loi et de rendre de nouveau ces parrainages anonymes?? Pas grand chose!! Et il y aurais à y gagner. Car des partis obtenant 10% ou plus des scrutins (cf. J.M. Le Pen) se doivent d'être présents à cette élection.
Pourtant je ne partage en aucune façon les idées du FN, et "techniquement" ne pas voir ce parti représenté à une élection présidentielle ne me poserais pas plus de problèmes que cela au niveau des idées défendues. Seulement c'est la démocratie qui en prendrait un coups.

Pour ce qui est du point de vue des élus, je comprend tout à fait qu'un élu puisse ne pas vouloir donner son parrainage à un candidat dont il ne partage pas les idées. Non pas qu'ils considèrent devoir obligatoirement voter pour celui qu'ils auraient parrainé, mais seulement pour ce que certains de leurs électeurs pourraient en tirer comme conclusions bêtes et idiotes.

De ce fait, votre idée de rendre de nouveau les signatures anonymes, mais aussi et surtout de faire gérer ce problème du début à la fin par le Conseil Contitutionnel, serait en faveur de la démocratie.
Le problème étant que la mise en place de ce système pourrait s'avérer très couteuse (d'autant plus pour un pays en crise), et nombre d'électeurs pourraient ne pas y adhérer, estimant que ce serait un peu comme jeter l'argent par les fenêtres.

Amicalement,
jcd51
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 23h:28m
Votes: +0

Dominique Dutilloy a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 545 4f8c620a364b1 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
@ Anidom/Nidolga
Nidolga, pour moi, et je pense que tu seras d'accord avec moi, faire de la politique, c'est essayer de se battre démocratiquement pour ses idées, tout en essayant de mettre en oeuvre des réformes utiles pour le peuple français... Je crois aux valeurs morales même en politique, puisqu'elles ont aussi importantes que les programmes eux-mêmes...

Lorsqu'on dirige une mairie on est, quelque part, aux commandes, mais aux commandes d'une manière locale... Maintenant, lorsqu'on est député européen, conseiller général, conseiller régional, on n'est pas aux commandes, mais on côtoie ceux qui le sont...

Je reste favorable à la Proportionnelle intégrale, mais uniquement pour ce qui concerne les Législatives, les Municipales, les Cantonales et les Régionales...

Nidolga, si tu relis bien ce chapitre de mon « Divorce sans Consentement Mutuel », tu constateras que j'ai écrit, et je me cite : « ... parrainer un candidat ne signifie pas pour autant qu'on doive voter pour lui (!) »... Donc, contrairement à ce que tu écris, je n'ai jamais écrit que « parrainer une formation ou une personne, c'est pour certains voter pour elle ou lui »...
Donc, et partant de constat, je ne confonds pas « parrainage » et « vote » ou « parrainage » et « Constitution » …

Je reste fermement opposé à la divulgation publique des parrainages... De toutes les manières, même si la Constitution de la Vè République prévoit que les parrainages ne soient pas secrets, c'est, pour moi, un déni de démocratie !
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 18h:13m | url
Votes: +0

anidom nidolga a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 1761 47afea5e01956 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
Dominique Dutilloy

Encore une fois il ne s’agit pas de toi, et je suis loin très loin de te considérer comme un pauvre d’esprit c’est tout le contraire, ce que tu écris n'est pas raisonnable, cela étant considère cette réalité une fois pour toutes, je t’en prie.

En outre il ne s’agit pas de conscience intrinsèque mais de conscience politique ce qui est très différent. Faire de la politique pour certaines personnes c’est ne pas avoir la conscience d’être objectif, d’être honnête avec soit même. Par exemple, condamner une action et faire la même quelque temps plus tard en se trouvant des excuses, c’est d’être incohérent, et ne pas avoir de conscience politique.
Cela étant la politique est une activité noble, utile au pays, c’est la confrontation des opinions, des idées, seulement nous sommes des pêcheurs et parfois, même souvent, il n’y a pas d’honneur c’est ce qui fait que les politiques sont rejetés par une grande partie de la population, ils ne montrent pas l’exemple par leur comportement. Regardes le soir d’une élection personne n’a perdu, tous ont une excuse, personne ne reconnait franchement avoir perdu et faire son mea culpa.
Mais il y a beaucoup d‘autres cas que celui là.

C'est pour cela que je considère que la valeur morale est bien plus importante que le programme, comme je te l'ai déjà écrit

Que d’autres formations politiques se soient servies de la Constitution mise en œuvre par le Général de Gaulle, c’est vrai, mais pouvaient-ils faire autrement, peuvent-ils faire autrement ? Non, alors elles ne sont pas critiquables dans ce domaine.

J’ai été pour la proportionnelle intégrale mais je ne le suis plus.
Nous avons trop souffert de la politique de la quatrième ou les gouvernements sautaient comme des puces, un régime instable, ingouvernable, et sans conscience politique tu dois t’en rappeler, un régime de magouilles parfois pour faire une majorité.

Il n’y a pas de solution parfaite tout n’est que compromis, et l’instauration d’une part de proportionnelle serait une bonne chose pour la représentativité des petites formations à l’Assemblée nationale.

Dominique diriger une mairie, avoir des conseils généraux, avoir des députés Européens ce n’est pas à mes yeux être aux commandes.

Dans ton article tu évoques le fait que de parrainer une formation ou une personne c’est pour certains voter pour elle ou lui.
D’abord je n’ai jamais considéré que tu confondes ce fait, comment peux-tu comprendre et admettre cela ?

Seulement, j’ai trouvé curieux que tu l’évoques n’ayant jamais entendu quelqu’un mettre en avant que parrainer une personne c’était voter pour elle.

Nous ne sommes pas du même avis sur la publication des parrainages, bien, mais c’est le Conseil constitutionnel qui les publie c’est donc que c’est dans la Constitution puisqu’il est sensé l’appliquer !

Mais dans ce domaine tu es plus compétent que moi.

 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 17h:39m | url
Votes: +0

Dominique Dutilloy a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 545 4f8c620a364b1 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
@ Anidom/Nidolga
Nidolga,

bonsoir... J'irai lire ton article...

Je ne sais pas si la politique est infâme et j'ignore si elle n'a aucune conscience. Cependant, certaines femmes et hommes politiques peuvent n'avoir aucune conscience et se révéler infâmes...

Il est vrai que la Constitution de la Vè République a été voulue et initiée par le Général de Gaulle, ainsi que par Michel Debré... Qu'elle ait été faite par la Droite et pour la Droite, elle a aussi profité à d'autres formations politiques, qui s'en sont bien servie après... De plus, comme tu l'écris si bien, elle a été approuvée, par Référendum, par près de 80 % des Français (toutes tendances politiques confondues).

Comme tu le sais, je suis favorable à la Proportionnelle intégrale, ce, pour des élections législatives, régionales et cantonales...

Il est vrai que le FN n'a jamais été aux commandes. Cependant, il a des conseillers généraux, des conseillers régionaux, ainsi que des députés européens. De plus, il a été aux commandes de plusieurs mairies.


Par ailleurs, lorsque tu écris, et je te cite : « Il n’y a que les pauvres d’esprit qui peuvent comprendre que parrainer dans le cas d’une élection présidentielle c’est voter. », j'ai la nette impression que tu me considères réellement comme une personne n'ayant aucun esprit ou n'ayant aucune culture politique ! De plus, tu n'as pas l'air de comprendre que je n'ai jamais confondu « parrainage » et « Constitution »... Je reste partisan du secret des parrainages, tout comme je suis partisan du secret des votes... Et, la Constitution de la IVè République n'a rien à voir avec tout ceci...
Mais, peut-être, es-tu contre l'élection du Président de la République par le peuple français, au suffrage universel à deux tours (?)...

Avec toute mon amitié

Dominique
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 16h:33m | url
Votes: +0

anidom nidolga a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 1761 47afea5e01956 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
Dominique Dutilloy bonjour,

Si j’ai tardé à te répondre c’est que je viens de publier un nouvel article qui peut t’intéresser « la retraite à 70 ans ? »

Pour en revenir à ton divorce, bien entendu que Besancenot tout comme Le Pen ne doivent pas être exclus du débat démocratique, et ils devraient avoir une place dans les deux Assemblées. Ils représentent un potentiel électoral de Français. Mais cette Constitution à été approuvée à plus de 80 % par le Français tu dois connaître cela mieux que moi. Elle a été faite pas la droite pour la droite avec le Général de Gaulle combattu par la gauche de l’époque qui encore, actuellement préconise une part de proportionnelle, rejetée par la droite et accusée de favoriser le FN. La politique est infâme et n’a aucune conscience.

Il n’y a pas que le front national qui aurait bénéficié de la fauter de Jospin, tout l’électorat de droite en bénéficié bien que Jospin avait raison, il ne faut pas tout attendre du gouvernement ce qui est vrai comme je l’ai écrit.
Quand à la démagogie du FN alors qu’il n’a jamais été aux commandes c’est sa politique de critiquer sans responsabilités

Quand aux parrainages, j’ai exprimé ma pensée, je ne reviendrais pas dessus. Tu es libre de voir autrement, il n’y a pas de solution satisfaisantes.

Il n’y a que les pauvres d’esprit qui peuvent comprendre que parrainer dans le cas d’une élection présidentielle c’est voter.

Il ne faut pas confondre parrainages et Constitution qui implique que ce soit le parti majoritaire au terme des deux votes qui gouverne. La quatrième République n’existe plus depuis longtemps.
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
09 November 2008 15h:53m | url
Votes: +0

SOPHY a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 1311 4e48f5ac0acfe png Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
A tous les lecteurs du feuilleton qui auraient manqué cet épisode, je signale qu'il reste 24 heures pour commenter, "le Problème des parrainages", demain soir, nous aurons un nouvel épisode a commenter, donc, ce soir ne manquez pas celui-ci au risque de ne pas "comprendre" la suite!!!
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
08 November 2008 17h:12m
Votes: +0

Dominique Dutilloy a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 545 4f8c620a364b1 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
@ Anidom/Nidolga
Nidolga,

bonjour... Merci d'être passé sur mon « Divorce sans Consentement Mutuel »...

Tout comme toi, je trouve anormal que Jean-Marie Le Pen soit exclu du débat démocratique... Je tiens le même raisonnement en ce qui concerne Olivier Besancenot...

En ce qui concerne Lionel Jospin, il a déçu beaucoup de gens de Gauche, surtout lorsqu'il a déclaré, en octobre 1999 à Clermont-Ferrand, à des ouvriers des Usines Michelin, victime du plan social annoncé par leur entreprise pourtant bénéficiaire : « Il ne faut pas tout attendre de l'Etat et du Gouvernement ! ». A cette époque, il était déjà Premier Ministre... C'est dire les déceptions qu'il a pu provoquer...
Je pense que le Front National a pu bénéficier de cette erreur, sachant que beaucoup de déçus de la Gauche se sont tournés vers le ''vote Le Pen'', et, sachant que Jean-Marie Le Pen, ainsi que Marine Le Pen, s'étaient tout le temps déclaré « opposés à tous licenciements suite à des plans sociaux ou à des délocalisations d'entreprises... ».

En ce qui concerne les parrainages, je n'y suis pas opposé... Je l'ai expliqué dans ce chapitre de mon « Divorce sans Consentement Mutuel », que tu vienS de commenter, mais également dans mon article : « L'art et la manière de s'en aller à la chasse... au tuteur... », paru le 2 juillet 2007 sur come4news :
http://www.come4news.com/index.php?option=com_content&task=view&id=4370
En effet, ce sont les modalités d'application de cette Loi qui me gênent...

Il ne s'agit pas de favoriser une formation politique, ni d'en défavoriser une... Il s'agit tout simplement de changer les règles.

Pour ma part, j'estime, et je l'ai écrit, que parrainer quelqu'un ne signifie pas qu'on va voter nécessairement pour lui : en effet, le parrain estime que son filleul est apte à se porter candidat à la magistrature suprême de notre Nation !
C'est pour cela que, étant défavorable à la publication des signatures, je suis totalement et farouchement favorable au secret des parrainages !

Maintenant, lorsque Jean-Marie Le Pen se positionne en tant que victime, c'est, en toute logique, une tactique qui consiste à dire à qui veut bien l'entendre : « vous voyez qu'il est difficile, pour un Représentant de la Droite Nationale, d'obtenir des signatures ! », s'arrangeant, au passage, pour que les médias soient au courant...
Cependant, il est bien évident que le Patron du Front National met le doigt sur un déni de notre démocratie, à savoir, la non représentativité de plusieurs millions de Français à l'Assemblée Nationale et au Sénat : en effet, tant que la Proportionnelle intégrale ne sera pas imposée pour les Législatives, il en sera ainsi !

Avec toute mon amitié,

Dominique
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
08 November 2008 12h:08m | url
Votes: +0

anidom nidolga a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 1761 47afea5e01956 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
...
Dominique Dutilloy bonsoir,

J’ai toujours regretté que Jean Marie soit exclus du débat démocratique, pour moi c’est la seule façon de favoriser l’éclosion du FN par sa mise en clandestinité, c’est donc une action contraire à l’intérêt de ceux qui veulent l’éliminer.

Je ne pense pas que cet épisode ait été favorable à Jean Marie pour la raison que tu invoques, simplement le PS et les gens de gauche n’ont pas aimé la politique de Jospin qui n’a pas été claire à leurs yeux, trop diffuse et parfois contraire à la gauche, il n’a pas eu la conviction de ses idées de gauche. Il a agit comme le socialisme de Guy Mollet.
De plus, il n’a pas su expliquer sa politique, je me souviens de sa réponse à une personne lors des grèves je crois ou il lui a dit sèchement que l’Etat ne peut tout faire. Ce jour là, il s’est descendu aux yeux des gens de gauche, si sa réponse est vraie, il faut de la manière pour l’exprimer devant des personnes désemparées, c’est un prétentieux et imbécile.

Les parrainages sont une erreur et un bien, mais dans la mesure où il n’y a rien d’autre pour accréditer la présence d’une formation politique, il faut les accepter.
Refuser la présence à une formation politique à une élection est anti-démocratique, mais la favoriser est absurde dans la mesure où elle n’a aucune chance, c’est favoriser la confusion, le bazar, et cela coûte cher, alors il faut prendre ses responsabilités et ne pas parrainer ceux qui n’ont aucune chance. Ma position est ambiguë mais le problème posé l’est également.

Il est une chose qu’il faut prendre en considération, dans l’exemple que tu donnes pour Jean Marie, il se porte toujours en victime, mais c’est sa politique qui le place en victime dans laquelle il se plait, cela lui permet la critique sans s’engager sachant qu’il ne sera jamais élu. De plus, s’il était aux commandes accepterait-il que facilement le parrainage de partis peu représentatifs, j’en doute !

De plus, la publication des signatures est une bonne chose, il faut avoir le courage de ses actes.

Que cela gène certains élus d’ouverture d’esprit sectaire et peu démocratique obligeant le maire d’une commune de ne pas parrainer un tel c’est vrai, mais on ne peut aller contre la pensée de chacun même si elle peut paraître choquante.

Maintenant la confusion que tu mets en avant entre parrainages et vote je ne l’ai jamais ressentie, et je pense que François Hollande aussi.

Pour terminer sur ta conclusion et tes propositions, je suis contre le secret des parrainages, je suis pour qu’ils soient effectués sur demande des intéressés aux grands élus et qu’ils soient publiés par le Conseil constitutionnel.

Ce qui est actuellement appliqué me parait un bon compromis.





 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
07 November 2008 17h:21m | url
Votes: +0

Dominique Dutilloy a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 545 4f8c620a364b1 jpg Divorce sans consentement mutuel   l’éternel problème des parrainage
Pour répondre à SOPHY, Blaise et Michel, voici un article paru le 20 novembre 2007 sur le Figaro.fr
Parrainages : Villepin dit non à Le Pen
Guillaume PERRAULT et Olivier POGNON
20/11/2007


LES NOMS de cinq cents signataires rassemblés par chaque candidat à l'élection présidentielle seront bien rendus publics. Malgré la demande insistante de Jean-Marie Le Pen, qui vient de lui écrire en ce sens, le premier ministre ne demandera pas au Parlement de rétablir l'anonymat des parrainages. Dominique de Villepin a affirmé hier, devant le Congrès de l'Association des maires de France, « ne pas voir de raison, à quelques mois des échéances, de modifier les règles du jeu ». Selon le premier ministre, « cela conduira chacun à prendre ses responsabilités et reflétera, comme à chaque élection présidentielle, l'attention portée aux parrainages ».

Tel n'est pas l'avis de Jean-Marie Le Pen, pour qui la publication des noms des parrains par le Conseil constitutionnel entraîne « un véritable chantage politique, voire parfois des menaces physiques sur les maires signataires ». Le président du Front national a reconnu hier qu'il lui manquait « trop » de parrainages et il a de nouveau demandé aux maires « d'avoir le courage d'assumer la responsabilité que leur a confiée la loi ».

L'appel, relayé par Marine Le Pen et Bruno Gollnisch, qui se sont rendus hier au Congrès de l'Association des maires de France, ne semble pas avoir convaincu les ­intéressés. Michèle Celarier-Descoeur, maire de Salers, petit village pittoresque du Cantal, se montre catégorique : « Si on parraine quelqu'un pour la présidentielle, c'est qu'on va voter pour lui. » Un édile ne peut donc pas accorder sa signature à Jean-Marie Le Pen sans courir le risque d'être perçu comme son sympathisant.

L'argument du pluralisme

Et les maires ruraux ne veulent pas semer la zizanie dans leurs communes. « Ma liste est apolitique », explique Agnès Reboux, maire d'une commune de 2 200 habitants dans l'Isère. «Il y a autant de gens de droite que de gauche. Accorder mon parrainage à qui que ce soit serait source de tension.»

Certes, l'argument du respect du pluralisme, invoqué par les militants du Front national qui démarchent les maires par téléphone, ne les laisse pas insensibles. « Je trouverais scandaleux qu'un homme qui a obtenu plus de cinq millions et demi de voix en 2002 ne puisse pas être candidat à la prochaine élection présidentielle», témoigne un maire du Calvados qui requiert l'anonymat. «Mais je ne veux pas connaître les mêmes problèmes que mon collègue dans le village voisin», poursuit-il. «En 2002, huit de ses conseillers municipaux ont démissionné après avoir lu dans la presse qu'il avait parrainé Le Pen.»

Le leader d'extrême droite doit enfin compter avec la concurrence des autres « petits » candidats qui, tels Nicolas Dupont-Aignan ou Corinne Lepage, font parfois la chasse aux signatures jusque dans les allées du Congrès. Sollicité par Philippe de Villiers et Jean-Marie Le Pen, un maire des Pyrénées- Atlantiques a ainsi préféré accorder son parrainage à... Frédéric Nihous, candidat de Chasse Pêche Nature Traditions.


http://www.lefigaro.fr/election-presidentielle-2007/20061123.FIG000000214_parrainages_villepin_dit_non_a_le_pen.html
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
06 November 2008 22h:33m | url
Votes: +0
 1 2 > 

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

busy
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 20-11-2014 16:19
Un illustre inconnu, le film de Matthieu Delaporte
Publie par Coquelicot


- 20-11-2014 12:19
Après les punks frenchies, les djihadistes al-Faranci de l'EI
Publie par Jef Tombeur


- 20-11-2014 00:00
Auto-destruction
Publie par madsp


- 18-11-2014 16:45
Se vacciner contre la grippe saisonnière : effet secondaire d’Ebola ?
Publie par Jean B


- 18-11-2014 13:38
Sanctions contre la Russie, l'UE s'entête à son propre détriment
Publie par HenriGui