Comprendre les origines de la crise financière en 4 points

11-10-2008 13:36 - 16822 visites - Argent, Bonnes affaires, Vie pratique - Ecrit par Stayincontactwith
Vous connaissez l'usure, oui ce truc qui plafonne les taux d'intérêt en dessous de 20%, et bien sachez que pendant très longtemps, prêter de l'argent en en demandant en retour était considéré comme du vol, parfois passible de la peine de mort. L'argent est un moyen créé pour faciliter les échanges de bien et de service. Et gagnez de l'argent par l'argent était un péché dans la plupart des religions. Alors qu'est ce qui a changé? On nous parlait de politique de rigueur. On prétendait l'État en faillite. Pas de sous pour les fonctionnaires, il faut privatiser.
On nous vendait des PEA, on nous démarchait pour des crédits à la consommation. Consommons afin d'avoir une croissance "stable"...Mais une croissance de 1% en 2008 n'a rien à voir avec une croissance de 1% en 2007. Ce n'est pas linéaire, mais exponentielle...alors à un moment, le château de sable s'effondre.

Une chose à comprendre à propos de notre système de réserve fractionnaire est que tel lors d’un jeu de chaises musicales, aussi longtemps que la musique tourne, il n’y a pas de perdants. (Andrew Gause, historien de la monnaie)
On comprend donc un peu mieux cette pression que nous avions. Consommez, Consommez!Mais on a du oublier de nous précisez : Consommez, Consommez afin que le système ne s'effondre pas! Tout de suite, pour vendre un crédit ou atteindre son objectif de croissance, c'est moins attirant.



Qu'est ce que l'inflation?

L'inflation, c'est lorsque dans un pays la quantité d'argent croit plus vite que le volume de production et de commerce. L'argent perd alors peu à peu de sa valeur.



Une croissance stable?

Lorsque le gouvernement sort ses chiffres en nous disant "la croissance a été de 1%, ce qui est stable par rapport à l'année dernière" on ne peut qualifier cela de raccourci ou d'imprécision, mais de véritable mensonge. Prenons un exemple :
-Vous avez 1000€ que vous placez dans une banque génial qui vous verse 10% d'intérêt. A la fin de l'année, vous avez donc 1100€ sans aucun apport de votre part.
Votre gain est de 100€.
-La seconde année re-belote. mais ce n'est pas 10% de 1000€ que vous gagnez, mais de 1100€.
Votre gain est de 110€
-La troisième année vous gagnerez 121€...et ainsi de suite.

Certes votre taux a été stable, mais pas le gain. Donc quand on nous dit que notre croissance est de 1% en 2008, cela signifie toujours plus de production que les 1% de 2007. Alors imaginez ce que représente les 10% de croissance annuelle de la Chine cette dernière décennie?


Toute personne croyant qu’une croissance exponentielle peut continuer à jamais (infini) dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste.
(Kenneth Boulding, économiste)

Une croissance perpétuelle de l'économie réelle exige une escalade perpétuelle de la consommation.
Toujours plus de consommation, toujours plus de demandes, toujours plus de matières premieres, de production, de déchets, de pollution, toujours plus de prêts des particuliers, comme des institutions.



En parlant des prêts

Le prêt...longtemps interdit. Mais durant la renaissance, avec l'explosion du commerce, le commerçant est vite arrivé à ses limites financières. Il savait que sa production allait se vendre, mais il n'avait pas encore payer le frais de voyage vers le nouveau monde, pas encore acheter de sucres de café ou d'esclaves. Alors ils se sont dit entre eux :
-Tiens Marco, ça ne te dérange pas si je te paye à mon retour? Je te donne la moitié maintenant, la moitié au retour plus un dédommagement pour l'attente.
Et Marco fit cela avec Charles, qui demanda à John,...sans le savoir ils ont créé les "facilités de payement".
Puis les mentalités ont évolués, et une évidence c'est alors imposée : c'est celui qui prête qui prend un risque, un risque de ne pas se faire rembourser. Alors pour compenser un éventuel mauvais payeur, les dédommagement se sont officialisés, et ont pris le nom d'intérêt.

Aujourd'hui, gagnez de l'argent par l'argent est presque normal. Spéculation, crédit, dividendes, bons au trésors, l'argent travail pour nous. Et c'est d'ailleurs l'argument des banques : Marre de l'argent qui dort? Mettez le au travail!



Les dettes nationales

Les gouvernements du monde entier empruntent de l'argent aux banques privées, avec des intérêts. C'est ce que l'on connait sous le nom de dette gouvernementale, ou dette publique.
Les banques ont-elles tant de liquidités qu'elle peuvent prêter sans problèmes a tout État du monde? Non, les banques créent l'argent qu'elles prêtent.
Or les État ont également le pouvoir de créer de l'argent tant qu'il leur plait! Alors pourquoi emprunter avec intérêt aux banques alors qu'il peuvent faire tourner la planche à billet?
Mettre plus d'argent en circulation dans les pays risque de créer une dévaluation de la monnaie. Un euro aujourd'hui ne vaut pas un euro en 2001.
Alors on emprunte, on met en circulation de l'argent virtuelle, on paye sa maison, sa voiture, ses collaborateurs avec...ou on l'investit en bourse. C'est pourquoi l'argent qui se "perd" en ce moment à la bourse n'existe pas! Mais ce n'est pas parce qu'il n'existe pas qu'il n'était pas une constante vitale de l'économie mondiale.

Alors pourquoi ne pas ce contenter de l'argent que l'on a en circulation?
Pour la même raison que les commerçant de la renaissance, et aussi parce que nous sommes des humains, et que par essence nous ne pouvons nous satisfaire de ce que l'on a besoin dans l'immédiat. Nous avons le syndrome de l'écureuil : mettre de côté ce dont on a besoin, et vivre sur des ressources en sur-plus. C'est ce qui se passe pour la plupart de nos ressources naturelles (eau, bois, pétrole). On coupe plus d'arbre qu'il n'en pousse, on extrait plus de pétrole qu'il ne s'en forme...on utilise plus d'argent qu'il n'en circule. Et à la manière d'une bulle de chewing-gum toujours plus grosse, vient un temps où ça explose. Et ce temps est venu.


Il était pourtant évident qu'une économie basée sur l'accélération constante de la croissance ne permet pas de créer un climat financier mondiale stable.
Mais dans notre système spéculatif d'aujourd'hui, auquel nous participons tous, l'appât du gain est plus fort que la raison. Et pourquoi s'en priver?
Quand on entend que son voisin, vendeur dans une grande surface, ce fait entre 500 et 800€ par mois grâce à la bourse (et encore c'est peu!)...pourquoi résister?
Quand votre banquier vous promet un placement qui vous rapportera sans risque tous les ans l'équivalent d'un treizième mois...pourquoi hésiter?
Quand une publicité pour offre un la possibilité de payer en 10, 20, 30 fois la voiture de vos rêves...pourquoi refuser?
Ici, il n'y a pas de riche, pas de pauvre, ni gauche ni de droite, nous sommes tous coupable de ce qui se passe.
Maintenant il faut se poser la question : vais-je tirer des leçons de ce passage majeur dans l'économie mondiale afin de ne pas commettre les mêmes erreurs pour mes enfants? Ou alors fais-je mettre de côté ma paye dès maintenant afin de racheter des action au plus bas de la crise, dont mes enfants pourront profiter... It's up to you.


Commentez cet article sur Facebook:

Commentaires de cet article sur C4N : (6)

Cinquiemevitesse a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 3135 4cab2fa1ea722 jpg Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
...
Cet article est fabuleux.
Et ca continue encore encore et encore....ah la monnaie...
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
15 February 2010 00h:29m
Votes: +0

ANDREA a dit:

http:  www come4news com images comprofiler 1465 4904ee6e21cd4 jpg Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
Bonsoir
Stayin,

Superbe article et le mot est encore trop petit.
J'y ai appris des tas de choses et j'en suis heureuse.

Une question de quelqu'un, qui ne connaît pas grand chose à la bourse.
Et si l'on arrêtait celle-ci, cette bourse avec tous ces actionnaires.
Que se passerait-il ?

Toujours mon petit vote "super".
Amicalement.
Andréa.
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
11 December 2008 20h:52m
Votes: +2

libert(u)s a dit:

http:  www come4news com images M images rating star png Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
...
Je suis pour une refonte du système capitaliste(suppression les paradis fiscaux , les hedge funds,les brokers etc, etc ) Je suis pour la diffusion du micro-crédit

Le temps est propice à de nouvelles initiatives, qui existent déjà comme nous le démontre mc carmen

Courage


 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
18 October 2008 19h:55m
Votes: +1

NOUAR Beneddine a dit:

http:  www come4news com images M images rating star png Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
crise financière
Oran, Algérie, septembre 2008

CRISE FINANCIERE
TAUX D’INTERET : LE MAL ABSOLU
================

La crise financière qui a éclaté récemment aux Etats-Unis et qui va engloutir des centaines de milliards de dollars du trésor américain, somme qui aurait sauvé des millions de vies humaines de la famine et de la maladie, a eu un traitement symptomatique. De nouvelles crises avec de nouveaux sauvetages hallucinants surviendront tôt ou tard tant qu’on ne traitera pas la cause de ces crises cycliques.
Tous les analystes s’accordent à dire que cette crise est celle du marché financier et non celle de l’économie réelle. Encore faut-il en donner une explication de fond et non des explications parcellaires ou accessoires.
C’est ce que nous allons tenté de faire en nous basant sur les fondamentaux de l’Islam concernant le traitement des capitaux :
1. Cette religion prohibe de manière absolue le placement ou le prêt avec un intérêt, prohibition qui a pour conséquence la non augmentation du capital par lui-même. Le capital n’a d’autre possibilité d’augmenter que par son investissement dans le secteur de la production des richesses.
2. Si le capital est thésaurisé, donc non investi, il est l’objet d’une ponction annuelle de 2,50% de sa valeur, appelée Zakat et destinée aux démunis. Cette ponction n’a pas la fonction d’impôt pour assurer les services publics, comme certains le pensent : c’est une contribution de solidarité sociale destinée à être distribuée à des personnes physiques dont le revenu mensuel est inexistant ou ne leur suffit pas à boucler leurs dépenses mensuelles. Cette ponction a également pour effet l’extinction à terme des capitaux dormants : à titre d’exemples, au bout de 80 années, le capital thésaurisé perd 87% de sa valeur, au bout de 100 années 92% de sa valeur. Cette ponction n’est plus redevable au-dessous de la valeur équivalente à celle de 85 grammes d’or. Ce minimum (nissab) varie d’année en année avec le cours de l’or.
3. Si le capital thésaurisé est prêté, la ponction charité de 2,50% ne lui est pas applicable : de ce fait, le capital thésaurisé peut être maintenu à sa valeur initiale.

Considérons maintenant les conséquences de l’augmentation du capital par lui-même, de son maintien à sa valeur initiale et de sa diminution grâce à la ponction charité de 2,50%.
1. L’augmentation du capital par lui-même est le système que le monde entier applique actuellement, même par les pays musulmans. Tout détenteur d’une rente peut la faire fructifier sans risque dans un placement épargne. S’il ne touche aux intérêts de fin d’année, sa rente va augmenter indéfiniment sans contrepartie équivalente dans l’économie réelle (tous les placements de capitaux ne sont pas investis). Résultat : l’équilibre masse monétaire/biens et services est constamment rompu et de nouveaux équilibres interviennent par l’augmentation des prix des biens et services. L’inflation ininterrompue qui frappe les monnaies de tous les pays depuis plus d’un siècle n’a pas d’autre explication.
2. A contrario, si les taux d’intérêt sont prohibés et le capital maintenu de ce fait à sa valeur initiale, la variation de la masse monétaire ne concernera que la variation des biens et services produits. La non augmentation des capitaux rentiers aura un effet incontestable sur la stabilité des prix et le pouvoir d’achat des monnaies nationales. En tout état de cause, la non augmentation des capitaux rentiers vaut suppression radicale d’un facteur inflationniste important.
3. En ce qui concerne la diminution des capitaux dormants par la ponction charité annuelle de 2,50%, elle aura trois conséquences :
a) la relance de la consommation par l’augmentation des bas revenus ;
b) l’incitation à investir le capital thésaurisé pour éviter son extinction ;
c) l’incitation à consentir des prêts sans intérêt pour maintenir sa valeur initiale.
Ces trois conséquences ont pour effet final la relance de l’économie réelle.
A ce sujet, beaucoup de pratiquants musulmans s’ingénient à fuir la ponction charité en plaçant leurs capitaux dans des valeurs refuges comme les biens immobiliers ou les métaux précieux. Mais ils doivent savoir que même les bijoux des femmes qui sont en principe exonérés de la ponction charité, ne le sont plus lorsque l’intention de sa propriétaire a été de les avoir achetés pour en faire un placement, le principe général en la matière étant que tout bien matériel non utilisé ni dans la production des biens et services, ni dans la consommation (location de logement) doit faire l’objet de la ponction charité, y compris par exemple, des chambres ou des étages d’une maison habitée jamais utilisés. Pour que la ponction charité garde toute son efficacité, elle ne doit pas être laissée à la discrétion des détenteurs de capitaux mais calculée et prélevée par un organisme étatique, comme cela se pratiquait dans les premiers états musulmans.

L’économie de marché a fait ses preuves au cours de ces deux derniers siècles dans la production des biens et services et dans les progrès technologiques. C’est incontestable. Cependant, le marché financier qui malheureusement, l’accompagne lui a causé beaucoup de tort dans le passé et jusqu’à présent. C’est un parasite de l’économie réelle qui s’est mu en cancer lors de ces dernières décennies avec la multiplication des produits financiers et la facilitation des emprunts, facilitation faisant l’impasse des garanties et compensée par des taux élevés. Le marché financier est un facteur de désordre qui étouffe l’économie réelle de manière cyclique. Au lieu de s’attaquer à ses conséquences, n’est-il pas plus intéressant de s’attaquer à sa cause ?

Pour nous, musulmans, la cause est entendue : les taux d’intérêt doivent être prohibés de manière absolue et nous pensons que c’est pour le bien de l’humanité toute entière. Ce ne sera pas la première fois dans l’histoire que les civilisations échangent une bonne idée : les exemples sont légion. Il est cependant malheureux de constater qu’il n’existe aucun modèle économique basé sur l’absence de taux d’intérêt. Les économistes des pays musulmans auraient pu construire un tel modèle économique ne serait-ce que par obligation religieuse ou, dans le cas contraire, nous démontrer que c’est un modèle irréaliste. Or, par fainéantise intellectuelle ou par mimétisme, ils se contentent de reproduire ce que créent leurs homologues occidentaux.

Nous proposons modestement ci-après les fondements de ce modèle économique sans taux d’intérêt :
1. Postulat de base : aucun placement d’un capital et aucun prêt n’ouvre droit à un intérêt quels que soit le montant ou la durée ;
2. Tout capital dormant quelle que sa nature (fonds monétaires, biens immobiliers non occupés, métaux précieux) est frappé d’un impôt qu’on peut appeler impôt sur la fortune.
3. Sont exonérés de l’impôt sur la fortune :
a) les capitaux investis sous forme d’actions,
b) les autres valeurs mobilières,
c) les prêts qui sont bien sûr sans intérêt,
d) les biens immobiliers utilisés dans la production de biens et services ou dans la consommation (logement).

Utopie certes : car, même s’il est possible de construire un modèle économique sur de telles bases, il sera rejeté par le capitalisme financier qui détient le pouvoir d’état dans la plupart des pays occidentaux. C’est une hérésie que d’imaginer d’éliminer les taux d’intérêt qui constituent la pierre angulaire de tout le système économique que le capitalisme financier impose au monde entier. Le plus incongru dans ce schéma, c’est l’adhésion démocratique de toutes les forces politiques influentes dans les pays occidentaux, alors même que les détenteurs de capitaux ne sont qu’une minorité électoralement parlant. Ainsi, l’impuissance des partis socialistes face aux partis de droite ne s’explique-t-elle pas par le fait que leurs politiques et leur combat se déroulent dans le cadre des règles de jeu du capitalisme financier ? Par exemple, au lieu de revendiquer péniblement, à intervalles réguliers, l’augmentation des salaires par syndicats interposés, n’est-il pas plus indiqué de frapper au cœur du système pour tarir l’inflation à la base : c’est-à-dire revendiquer l’élimination des taux d’intérêt pour stabiliser la masse monétaire et par conséquence le pouvoir d’achat. Par contre, l’impôt sur la fortune que nous considérons comme deuxième fondement du modèle économique proposé est fréquemment revendiqué par certains partis de gauche en France : malheureusement, la distinction n’est pas faite entre les capitaux dormants parasites et les capitaux investis qui sont utiles pour la société et l’emploi. Le résultat politique négatif de cette revendication est la jonction du capitalisme financier et du capitalisme productif qui se retrouvent du même côté de la barrière. Imposer le profit en tant que revenu est tout à fait logique, mais imposer le capital qui a permis ce profit est suicidaire : la règle de bon sens serait de répartir les œufs de manière équitable tout en préservant la poule pour d’autres pontes. Troisième aspect politique du modèle proposé : si les partis alternatifs et les partis de gauche occidentaux réussissent à imposer un modèle économique sans taux d’intérêt, il serait logique et juste de revendiquer la distribution de l’impôt sur la fortune à l’ensemble des salariés au lieu de le destiner au service public et ce, dans le cas où on estime comme le grand économiste occidental Karl Marx, que la formation du capital imposé est l’œuvre de tous les salariés.

Dans les sociétés occidentales, le taux d’intérêt est entré dans la culture des masses, il est par conséquent très difficile de l’éradiquer à moins d’une crise financière majeure qui se retourne contre la grande majorité de la société.

Y a-t-il alors un espoir de tester un modèle économique sans taux d’intérêt dans les pays musulmans ? Or, là aussi, l’espoir est mince quand on constate la politique de crédit pratiquée par les banques dites islamiques et non fustigée par les théologiens musulmans. Exemple vécu à Oran en Algérie : si vous voulez acheter une automobile qui coûte environ 700.000,00 DA chez le concessionnaire, la banque islamique vous la propose à 1.000.000,00 DA à payer en 5 ans par mensualités. Pour la banque et nos théologiens, la banque a réalisé un bénéfice dans une opération achat-vente et n’a pas usé de taux d’intérêt. Le bénéfice est licite et l’opération semble irréprochable. Or, ce que nos théologiens savent très bien aussi, c’est que tout bénéfice acquis au-dessus du prix du marché du jour de l’achat est usurier et donc illicite, surtout, circonstance aggravante, si l’acheteur est pris à la gorge, n’a pas d’autre moyen d’acheter directement chez le concessionnaire et se trouve obligé de se faire plumer par la banque. Donc, cette manière de procéder est illicite. En fin de compte, le crédit proposé par la banque islamique dont la durée et les mensualités sont identiques à n’importe quelle banque non islamique a été calculé sur la base d’un taux d’intérêt déguisé. Par conséquent, les banques islamiques sont le mauvais exemple à ne pas suivre et sont loin du modèle économique anti-inflation et anti-crise financière que nous proposons. Ce modèle est à construire et vite, car, les dirigeants des états musulmans sont les premiers responsables de la pratique du taux d’intérêt par leurs banques nationales.

En conclusion, bien que les musulmans en tant que communauté, ont le devoir de vivre dans un environnement économique sans taux d’intérêt, les états musulmans tels qu’ils sont gouvernés actuellement avec le verrouillage du champ politique, l’absence de débats d’idées et sans contre pouvoir sérieux vont persévérer dans leur aveuglement à pratiquer les taux d’intérêt. Pas seulement, car la pratique du taux d’intérêt est aggravée par un autre fléau condamné de manière absolue par la religion islamique, à savoir la corruption. Les états musulmans sont parmi les pays les plus corrompus du monde et foulent ainsi allègrement au pied depuis des dizaines d’années les deux prescriptions religieuses que sont l’interdiction du taux d’intérêt et la condamnation de la corruption (corrupteurs et corrompus). Le changement de système économique conforme aux valeurs islamiques ne se réalisera à notre sens qu’avec l’avènement de la démocratie dans ces pays. Par conséquent, la mise en œuvre d’un modèle économique sans taux d’intérêt ne viendra pas des états musulmans existants, mais s’imposera avec le temps et les crises financières cycliques et douloureuses pour les couches sociales non responsables du désordre financier. Elle sera l’œuvre des partis de gauche, représentant ces couches populaires, ceux qui sont au pouvoir (Amérique latine) et ceux dans l’opposition (Union européenne) alliés au capitalisme productif de tous les pays. Il appartient aux chercheurs d’orienter ces forces politiques en définissant les étapes dans le temps et l’espace pour la réussite de cette révolution financière.

==============================
NOUAR Beneddine
Cadre d’entreprise
Citoyen du monde
ORAN-ALGERIE

Destinataires non algériens :
Ambassades (dans l’ordre α) : Allemagne, Brésil, Chine, Corée du sud, Espagne, Etats arabes, France, Grande Bretagne, Inde, Indonésie, Iran, Japon, Malaisie, Pakistan, Russie, Suisse, USA, Vénézuela, Bolivie.
Partis politiques français : PS, PCF, LCR, FN, UMP, MoDem, Les Verts.
Médias : Libération, Nouvelobs, L’Humanité, Le Canard Enchaîné, Réseau Voltaire, La Croix, Le Point, Le Figaro, L’Humanité, El Jazeera, El Arabia, Chark EL Awsat

Destinataires algériens :
Partis politiques : FLN – RND – HMS – PT – FFS – FNA – RCD
Médias : El Watan, Quotidien d’Oran, Soir d’Algérie, Khabar, Chourouk, l’Expression, Réflexions blog

 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
18 October 2008 15h:59m
Votes: +7

David C. a dit:

http:  www come4news com images M images rating star png Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
Nous avons la solution!
Vous souhaitez des solutions pour faire face à la crise financière internationale:

Faites appel à Cheminade !!!

Depuis 1995, Jacques Cheminade l'avait dit!!! Aujourd'hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

Vite demandez un VRAI Nouveau Bretton Woods !!!

Nous avons fait le bon diagnostic, en regardant la réalité en face l’hiver dernier. Maintenant, soutenez avec nous ces mesures : c’est le médecin qui fait le bon diagnostic qui rédige la meilleure ordonnance.

David C.
david.cabas.over-blog.fr
 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
12 October 2008 12h:02m | url
Votes: -4

mcarmen a dit:

http:  www come4news com images M images rating star png Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
oui
Bonjour,

Enfin quelqu'un qui redonne leurs responsabilités aux centaines de "boursicoteurs" qui tout en déplorant le chômage, etc..."profitent" de l'argent facile, alimentant ainsi le système...bien sûr, cela n'exclue en rien celle des trous noirs des paradis fiscaux

Une vidéo très pédagogique circule sur le net en ce moment: L'Argent Dette de Paul Grignon (Money as Debt FR)http://www.vimeo.com/1711304, bonne lecture

Voir aussi sur http://www.terra-economica.inf...che=mobile
Ello Mobile, le coeur sur le combiné
Un opérateur de téléphonie belge invente les « profits non marchands ». Il donne 100 % de ses bénéfices à des actions sociales ou environnementales.
Le 02/10/2008, par Karine Le Loët
"Faites parler votre coeur", c’est le slogan de l’outsider de la téléphonie belge, Ello Mobile. Cet opérateur, qui existe depuis deux ans, reverse tout ce qu’il gagne à huit projets solidaires ou environnementaux. Fin 2008, 123 000 euros auront ainsi contribué à construire des puits en Guinée, à sauvegarder la forêt indonésienne ou à faciliter l’accès d’enfants malades à Internet à l’hôpital. Cette société, pourtant à but commercial, réinjecte tous ses profits dans le secteur non marchand. Les créateurs de cet opérateur atypique ? Le cabinet de marketing Luon, soucieux d’« utiliser [ses] compétences pour stimuler l’engagement social », explique Serge von Zande, l’un de ses membres....."




 
[Abus]
[Avis -]
[Avis +]
12 October 2008 07h:19m
Votes: +4

Ecrivez un commentaire sur C4N
Réduire l'éditeur | Agrandir l'éditeur

http:  www come4news com images M images rating star png Comprendre les origines de la crise financière en 4 points
Devenez Reporter Citoyen : publiez vos articles et débattez !

Se connecter

Trouver un article

Qui écrit sur C4N ?

Les derniers articles


- 29-08-2014 17:23
Pierre Bordage changerait-il de genre ?
Publie par Jef Tombeur


- 28-08-2014 17:28
Valls séduit les patrons
Publie par hub.


- 28-08-2014 08:27
Party Girl, le portrait d'une entraîneuse de cabaret
Publie par Coquelicot


- 27-08-2014 10:09
Valls 2, c'est parti!
Publie par hub.


- 26-08-2014 17:00
Arnaud Montebourg libre après la démission du gouvernement Valls !
Publie par Coquelicot